Toutes nos excuses aux ânes.

« J’apprends que vous n’avez pas d’argent ; vendez donc vos chevaux et vous en regorgerez ; lorsque vous aurez besoin de chevaux, votez que les ânes sont des chevaux : c’est en effet votre habitude en toute chose que d’employer non pas les gens compétents, mais ceux qu’un vote a désignés. »

Cratès, lettre aux Athéniens.