Demirge.

Il n’avait pas rejoué à ce jeu depuis un moment. C’était un jeu vidéo sur mobile, type MOBA, et qui ressemblait à s’y méprendre, comme beaucoup d’autres, à Dota 2. Il l’avait pas mal séché celui-là aussi. La dernière fois qu’il avait joué, ses mains avaient tremblé et son téléphone était tombé par terre. Syndrome Parkinsonien. C’est comme ça qu’ils appelaient ça sur la notice. Un effet secondaire de la saloperie qui l’abrutissait encore plus chaque jour. Et puis, 600 boules, le tel. Merde. Et plus de Demirge.

Demirge, c’était son pseudo. Il n’avait jamais vraiment su d’où il était sorti. Son meilleur ami non plus d’ailleurs. C’est lui qui, il y a des années, l’avait parrainé pour qu’il se lance sur World Of Warcraft (WOW, pour les intimes). Il avait reçu, en échange, une belle monture : une sorte de cheval composé d’étoiles bleu-électrique.

Et lui, il avait tout de suite accroché. Et quelques semaines plus tard, ils jouaient déjà tous les deux dans la guilde d’un ami commun, Clem, sur le serveur Drek’Thar, le nom d’un personnage du jeu. Il jouait heal (soigneur) et il tiendrait toujours ce rôle.

En heal, on ne voyait jamais vraiment le fight. Seulement les barres vertes, empilées en colonnes, qui représentaient le niveau de santé des membres du groupe en temps réel, et sur lesquelles il ne valait mieux pas s’endormir dans certains cas, surtout en début d’extension. Mais ça, ça ne le dérangeait pas. Et puis, après tout, d’autres passaient bien le combat rivés sur le «  kiki » qui lui leur indiquait, en direct là aussi, lequel d’entre eux en mettait le plus au boss. On entendait souvent le RL gueuler sur le TS : Mais…mais dépackez vous bordel !!!

Il avait commencé par un prêtre, un gnome. Car lui aussi il était de petite taille. Ils avaient un racial sympa : « réserve de mana améliorée ». Plutôt pratique à l’époque quand on jouait Sacré, surtout dans les phases de burst (quand les dommages subis étaient important).

Il avait ensuite choisi un pal, en reroll. Spé heal, lui aussi. C’était un jeu plus direct, plus cash. Surtout que, sur les conseils de son ami, il avait tout mis en crit, après l’intel, bien sûr. Un extraterrestre. La plupart de ses « confrères », eux, mettaient tout en hâte. Son jeu était donc plus lourd que les autres, mais quand ça pétait, et ça pétait, il pouvait remettre un type qui était low-life, full, en deux shots. Et au pire, il y avait toujours l’imposition des mains. Ce perso, par contre, était une quiche en multi. Du coup, il restait focus principalement sur le(s) tank(s), et aidait les autres soigneurs en cas de besoin.

Des nuits entières à adapter les strats au fil des wipe qui, la plupart du temps en tout cas, et si la soirée n’était pas trop avancée, devenaient, du coup, de moins en moins nombreux. S’en suivaient, pour son ami et lui, des nuits entières de quêtes, de craft de potions (il était Alchi), quelques donjons et vieux raids, pour gagner des montures rares et pouvoir survoler Storm genre : Hey, regarday ! L’avez pas celle-là, hein ? Bande de nazes 😝… Que de bons souvenirs et d’amitiés virtuelles, nécessaires, dans un moment de sa vie où lui se sentait bien seul irl.

C’était vieux tout ça, et il s’était juré, devant son téléphone explosé à ses pieds, de ne plus jamais toucher à un jeu. Mais ce soir là, il allait déjà beaucoup mieux. En regardant Saw, en plus d’avoir envie de jouer à un jeu, il avait repensé au Pudge. C’est le boucher de Dota 2, et il a la particularité de lancer son crochet dans la direction choisie, afin d’attraper un ennemi qui filerait à l’anglaise, et, ce faisant, le remettre face à son destin. Il saisit alors son téléphone.

Première game. Ça va, en fin de compte, j’ai pas trop perdu la main, se dit-il.

« Who wants to taste my hook ? »

Qui vivra verra, et vice-versa.

« Il y avait pourtant été habitué assez jeune.

Il n’avait jamais été grand de taille et ne le serait jamais. Sa maman, comme son père biologique, ne l’était pas, et il était arrivé en classe de sixième avec un an d’avance.

Dans la cour de récréation, chaque classe de chaque niveau avait sa place tracée au sol, un peu comme ces places de parking que l’on peut trouver aux abords des grandes surfaces, à la différence que celles-ci étaient assez allongées pour accueillir une trentaine d’élèves et que ces bambins n’allaient pas faire du shopping. Pas encore.

Lorsque la sonnerie indiquait la fin de la récréation, l’usage voulait que chacun regagnât sa file attitrée, dans laquelle il avait laissé son sac le temps de la pause, en rangs de deux, et ce afin de permettre au professeur de faire un premier appel « de visu » avant d’emmener ses élèves sur la voie de la connaissance. Pour lui, ce chemin commençait bien avant que la cloche ne retentisse, et ses pavés étaient loin d’être tous bien intentionnés. C’est peut-être ça, le Paradis, se disait-il.

Il avait fini par se faire aux ricanements à peine masqués qui se déclenchaient alors qu’il passait près d’un banc, accompagné des quelques amis qu’il avait ; ceux qui n’avaient pas peur de se faire mal voir en sa compagnie. Ces gloussements étaient parfois agrémentés de commentaires lancés suffisamment fort pour qu’il les reçoive le mieux possible, et suffisamment bas afin que les surveillants ne les perçoivent pas.

Il aurait été en effet dommage que Dr. Maman et Me Papa fussent reçus dans le bureau du principal car leur chère progéniture, bien que si prometteuse par définition, n’aurait pas intégré le principe pourtant aussi indispensable qu’il est la condition de toute vie en société : le respect de l’autre. Une notion primordiale donc. C’est en tout cas comme cela qu’elle était présentée.

Il revit ce jour où un « grand » de troisième (avec le recul peut-être en partant du bas) était un jour venu près de lui en tenant dans sa main un lacet de ces chaussures de skateboard alors à la mode. Il l’avait placé à quelques centimètres devant ses yeux, et à la manière de ce croque-mort dans Lucky Luke, s’était amusé à le mesurer avec. Il s’était ensuite adressé à ses amis : — Regardez ! Il est plus petit qu’un lacet d’éS ! Et ses amis avaient ri aux larmes.

Ses larmes à lui, il les gardait pour le soir dans sa chambre, avec pour veilleuse la petite lumière verte de l’écran de son poste radio qui éclairait les minutes et les heures qui filaient déjà. Malgré tout, il avait toujours su garder « suffisamment de musique dans son coeur pour faire danser sa vie ».

En attendant, il se tenait là, au milieu des cartables en vrac et de certains de leurs propriétaires, spectateur lui aussi même si malgré lui, incapable de réagir. Il n’y avait plus de musique. Il paraît que, bien que formés et habitués à la violence même la plus extrême, certains soldats, pompiers, policiers, … éprouvent parfois ce sentiment de tétanie face à l’horreur humaine qu’ils ne côtoient que bien trop. Lui n’y était pas entrainé. Pas complètement encore.

Mais cette fois-ci c’était différent, ceux-là au moins savaient compter jusqu’à trois. Et il allait voir ce qu’il allait voir… »

Philippe, En Mai, fais ce qu’il te plaît, 2017.

Nationaux-Salopards.